J’étais derrière toi – Nicolas Fargues

Note : 2 sur 5.

C’est dans la trentaine que la vie m’a sauté à la figure. J’ai alors cessé de me prendre pour le roi du monde et je suis devenu un adulte comme les autres, qui fait ce qu’il peut avec ce qu’il est.
J’ai attendu la trentaine pour ne plus avoir à me demander à quoi cela pouvait bien ressembler, la souffrance et le souci, la trentaine pour me mettre, comme tout le monde, à la recherche du bonheur.
Qu’est-ce qui s’est passé? Je n’ai pas connu la guerre, ni la perte d’un proche, ni de maladie grave, rien. Rien qu’une banale histoire de séparation et de rencontre.

Avis

Le narrateur nous raconte sa vie conjugale compliquée. Il est fou amoureux de sa compagne Alexandrine mais leur relation particulière le fait souffrir. Alexandrine est dominatrice et exerce un telle emprise psychologique sur lui qu’il n’ose rien faire de peur de lui déplaire. Lui est dans un rapport de soumission, incapable de quitter cette femme qui le rabaisse sans cesse et qui lui refuse tout contact intime.

Alors, quand il découvre que sa femme le trompe, tout son monde s’écroule. Pour le narrateur, c’est le premier véritable coup dur de sa vie. Obsédé par cette histoire, il tombe dans une sorte de dépression et ne sait plus comment s’en sortir.

J’ai beaucoup aimé le fait que le narrateur nous interpelle directement et nous tutoie comme si on était de vieux amis. Malgré l’histoire plutôt triste, le ton est accrocheur.

Malheureusement, c’est tout ce que j’ai trouvé de positif à ce roman. En fait, J’étais derrière toi est un monologue de 230 pages sans aucun chapitre, d’un seul bloc où il n’est question que de lamentations sans fin. Les phrases à rallonge sont entrecoupées de digressions qui nous éloignent du sujet et le rythme est tel que j’ai eu l’impression de lire en apnée.

Au final, je sors de cette lecture comme anesthésiée et même plus intéressée de savoir comment ce roman se termine, tant il tourne en boucles sur les mêmes thèmes.

Un roman sans réelle intrigue qui était dans ma bibliothèque depuis plusieurs années. J’ai pensé que février, mois de l’amour, était une bonne occasion de l’en sortir. Bien mal m’en a pris.

Et vous, vous l’avez lu? Qu’en avez-vous pensé?


J’étais derrière toi – Nicolas Fargues – POL Editeur – 2006

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :