La femme aux fleurs de papier – Donato Carrisi

Note : 2 sur 5.

La nuit du 14 au 15 avril 1912, tandis que le Titanic sombrait au beau milieu de son voyage inaugural, un passager descendit dans sa cabine de première classe, revêtit un smoking et remonta sur le pont. Au lieu de chercher à sauver sa peau, il alluma un cigare et attendit la mort.

Le 14 avril 1916, dans les tranchées du mont Fumo, quatre ans jour pour jour après le naufrage du Titanic, un soldat italien est fait prisonnier. À moins qu’il ne révèle son nom et son grade, il sera fusillé le lendemain à l’aube. Jacob Roumann, médecin autrichien, n’a qu’une nuit pour le faire parler. Mais le prisonnier veut diriger l’interrogatoire.

Avis

Après La danse de la tarentule, qui m’a laissée déprimée, j’espérais me remonter le moral avec un bon roman de Donato Carrisi. Avec l’auteur italien, qui nous a habitués à des thrillers dynamiques et sanglants (la série du Chuchoteur notamment), j’étais certaine de passer un bon moment de lecture.

D’où ma surprise en découvrant La femme aux fleurs de papier.

Jacob Roumann est médecin de guerre et recueille les dernières paroles d’un prisonnier qu’il espère sauver de la fusillade. Ce dernier lui raconte l’histoire du jeune Guzman et de son obsession pour le tabac, intégrant plusieurs histoires dans le récit de base.

Carrisi étant l’auteur de thrillers particulièrement sanglants, je m’attendais au moins à un policier ou à un polar, ce qui n’est pas du tout le cas. En réalité, je ne sais pas trop comment classer ce roman à tiroirs, qui nous perd dans tout un tas de détails qui nous éloignent de l’histoire initiale.

Je n’ai rien retrouvé de ce qui me plaisait chez l’auteur italien : il n’y a pas vraiment d’intrigue, aucun suspense et le récit, d’une lenteur exaspérante, manque cruellement de rythme. La monotonie de ton et une chute qui me laisse perplexe ont eu raison de mon intérêt. D’autant que la femme aux fleurs de papier est tellement peu présente dans ce roman que je m’interroge sur l’utilité d’en faire le titre du récit.

Il y a certes de la poésie dans les propos mais cela n’a pas suffit pour moi. La femme aux fleurs de papier sera vite oublié.


La femme aux fleurs de papier – Donato Carrisi – Editions Calmann-Lévy – 2014

Du même auteur

Série Mila Vasquez
  1. Le chuchoteur
  2. L’écorchée
  3. L’égarée
  4. Le jeu du chuchoteur
Série Marcus et Sandra
  1. Le tribunal des âmes
  2. Malefico
  3. Tenebra Roma
Autres romans

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :