Le chasseur de regards – Sebastian Fitzek

Note : 3 sur 5.

Alexander Zorbach, reporter dans un grand quotidien berlinois, a temporairement permis de mettre un terme aux agissements du tristement célèbre Voleur de regards, un psychopathe ayant assassiné plusieurs personnes.
Mais le journaliste a dû pour cela payer le prix fort. Pendant qu’il libérait des enfants, le Voleur de regards avait choisi une nouvelle proie : Julian, le fils de Zorbach, qu’il avait enlevé non sans avoir au préalable assassiné sa mère, Nicci Zorbach…
Le compte à rebours est lancé. Zorbach sait qu’il dispose de peu de temps pour retrouver son fils vivant.

Avis

Avec ce roman de Sebastian Fitzek, je prends la route pour l’Allemagne. En réalité, Le chausseur de regards est le deuxième tome d’une série qui a commencé avec Le voleur de regards. Ce roman peut se lire indépendamment du premier mais, personnellement, après avoir lu celui-ci et connaissant le fin mot de l’historie, je ne pense pas me replonger dans Le voleur de regards car une partie du mystère est levée.

Un des protagonistes est le reporter Alexander Zorbach dont le voleur de regards a tué la femme et a enlevé le fils. Tout l’enjeu étant de le retrouver dans les temps impartis par le tueur qui joue au jeu du chat et de la souris avec les autorités.

Dès le départ, on ressent une certaine tension et tout le roman est fait de rebondissements, fausses pistes, tortures mentales et physiques, viols et charcutage en règle. Rien ne nous est épargné. Pourtant, je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages dont le sort m’indiffère totalement. Le chasseur de regards est un roman très dense mais certaines scènes me semblent invraisemblables et exagérées.

J’ai été particulièrement interpellée par le personnage d’Alina. Physiothérapeute et médium, elle aide occasionnellement la police lorsque celle-ci est dans une impasse. Aveugle de surcroît, elle se retrouve embarquée dans une folle aventure à la recherche d’un ophtalmologue violeur et tueur en série. Un peu tiré par les cheveux.

De mon côté, ce n’est que vers la fin du roman que j’ai vraiment ressenti l’urgence du dénouement. Bref, d’autres raisons qui ne m’incitent pas à lire le premier tome.


Le chasseur de regards – Sebastian Fitzek – Editions L’Archipel – 2014

Du même auteur

Romans indépendants
Série Alexander Zorbach
  1. Le voleur de regards
  2. Le chasseur de regards

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :