Fondamentalement détestable – Fabrice Causapé

Cover Fondamentalement détestable Fabrice Causape Carnet de lecture

Je suis Vincent Cazaux. Jusqu’ici, j’étais transparent. Le genre de personnes que l’on croise sans les voir. Pourtant tout a changé à la suite d’une agression gratuite qui a bouleversé mon appréhension de ce monde misérable et mon existence de lâche. La nuit, tandis que vous cuvez votre journée en tout quiétude au fond de votre lit, moi, j’erre dans la ville endormie.
Voici mes confessions. 

Avis

Fondamentalement détestable est un roman original comme on en lit peu.

Vincent Cazaux nous raconte son quotidien de technicien supérieur dans l’aéronautique, en couple avec Mathilde. Humilié dans sa jeunesse par son entourage, il n’est animé par aucune passion ni ambition. 

Mais son agression va tout changer. Suite à un coma de deux jours, il se réveille différent. Pour lui, il s’agit d’une sorte de renaissance et il se mue en ce qu’il nomme un surhomme. Il se découvre une passion pour la philosophie et la littérature et partage avec nous ses réflexions sur la société actuelle (l’omniprésence des smartphones, les produits bio, les animaux, la politique, etc.). L’être humain l’incommode particulièrement et il tente à tout prix de l’éviter, estimant que les autres forment une sous-culture qui ne mérite pas qu’il s’y intéresse.

Le personnage de Vincent est très bien dessiné et réaliste. On imagine sans peine le gros travail qui a été fait par l’auteur sur la psychologie de ce personnage hors norme. Cet être totalement abject, qui souffrirait d’une forme rare de schizophrénie, ne ressent aucune empathie, jouit du malheur des autres et se délecte de les voir mourir. Autant dire que tout ça ne nous le rend pas sympathique du tout.

Ce roman, qui prend la forme d’un quasi monologue, est le portrait d’un homme par lui-même. Très introspectif, Vincent analyse son évolution et nous permet d’assister presque en direct aux changements qui s’opèrent en lui.

Il m’a fallu un petit temps pour m’habituer au style emprunté utilisé dans ce récit mais, finalement, on imagine très bien ce vocabulaire très recherché dans la bouche de Vincent.

Par contre, je suis moins enthousiaste sur la narration. Le lecteur suit Vincent presque au jour le jour, dans son quotidien. On est dans une succession de micro-événements qui sont racontés de façon très linéaire, sans aucun effet de suspense. Ces sensations de lenteur et de longueur m’ont accompagnée pendant une bonne partie du roman et, plusieurs fois durant ma lecture, je me suis demandée à quoi tout cela allait nous mener. En fait, je trouve que l’enjeu de ce roman n’est pas très clair et j’avoue avoir perdu le fil par moments.

Fondamentalement détestable est un roman qui étonne et interpelle. Qui fait réfléchir aussi, que l’on soit d’accord ou non avec les idées de Vincent. En cela, l’auteur a gagné son pari de provoquer une sorte d’électrochoc chez ses lecteurs.

Remerciement à l’auteur pour cette lecture.


Fondamentalement détestable – Fabrice Causapé – Autoédition – 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :