Les yeux rouges – Myriam Leroy

Il s’appelait Denis. Il était enchanté.
Nous ne nous connaissions pas. Enfin, de toute évidence, je ne le connaissais pas, mais lui savait fort bien qui j’étais.

Une jeune femme reçoit un message sur Facebook. C’est l’amorce d’un piège suffocant à l’heure du numérique, quand la fatalité n’a d’autre nom qu’un insidieux et inexorable harcèlement.

Avis

J’ai beaucoup entendu parler de ce livre, que ce soit sur les réseaux sociaux ou dans des émissions littéraires, ce qui m’a donné envie de le découvrir.

Dès le départ, j’ai été interpellée par la narration particulière, en « il », ce qui met une certaine distance vis-à-vis de ce qui se dit. D’ailleurs, au début, j’avais du mal à déterminer ce que pensait la narratrice de ces messages intempestifs. Etait-elle curieuse, intéressée, étonnée, sur ses gardes? Et à quel moment s’est-elle sentie envahie, en danger?

Le Denis en question est le portrait-robot du parfait mysogyne. On a droit à son avis sur tout:  les enfants, le féminisme, les idées de gauche, l’écologie, les musulmans, etc. Tous les sujets épineux y passent et le monsieur n’hésite pas à faire la leçon aux autres. Il a aussi des idées très arrêtées sur les femmes, qu’il fait passer sur le ton de l’humour mais qui passent difficilement.

Particulièrement insistant et manipulateur, le harceleur resserre petit à petit son étau autour de la narratrice, on suffoque, avec l’impression que ça ne s’arrêtera jamais. D’ailleurs, quand elle en parle à son entourage, la narratrice ne reçoit pas le soutien escompté. On rit de cet admirateur insistant, on lui dit qu’elle l’a bien cherché, même la police prend les commentaires et menaces de Denis à la légère. Avec le sentiment d’être seule au monde, la narratrice s’isole et somatise, pensant même au suicide.

Roman inspiré de faits réels, il est cependant difficile de savoir ce qui relève de la réalité ou de la fiction. Pour ma part, ce n’est pas le coup de cœur auquel je m’attendais. La faute à une narration répétitive, à une absence de rythme et à une structure très monotone. Or, Les yeux rouges étant présenté comme un roman et non pas comme un témoignage, je m’attendais à autre chose.

 


Les yeux rouges – Myriam Leroy – Editions du Seuil – 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :