Après la fête – Lola Nicolle

Dans le Paris d’aujourd’hui, Raphaëlle et Antoine s’aiment, se séparent, se retrouvent… pour mieux se séparer et s’engouffrer dans l’âge adulte. En quête de sens, ils ont du mal à trouver leurs repères.

Avis

Dans son premier roman, Lola Nicolle explore la vision du monde d’une certaine jeunesse.

On accompagne Raphaëlle et Antoine pendant leurs années d’études. C’est le temps de  l’insouciance, celui de la liberté,  des fêtes et des rêves pleins la tête sur ce que sera l’avenir. Pour cette jeunesse brillante, tout est possible, tant au niveau du travail que des relations amoureuses.

Mais une fois les études terminées, c’est la désillusion. L’entrée dans le monde du travail, entre recherches infructueuses et jobs inintéressants, le choc est rude pour ces jeunes qui pensaient s’épanouir à travers leur métier. Tout à coup, leur regard sur le monde des adultes change…

« […] on s’était demandé qui avait bien pu nous mettre cette idée en tête – que le travail avait un lien quelconque avec le bonheur? Qu’il s’obtiendrait contre une rémunération? »

Côté sentiments, on assiste aux prémices de ce couple qui s’est rencontré à l’université. Raphaëlle et Antoine s’aiment d’un amour absolu, entier et fort. Mais Raphaëlle semble être instable émotionnellement, malgré son amour pour Antoine, elle le rejette régulièrement pour le reprendre ensuite.

D’ailleurs, ce roman est aussi une réflexion sur le couple, considéré par notre société comme un baromètre social, la seule condition pour accéder au bonheur alors que nous vivons dans une époque où le nombre de personnes seules explose.

Après la fête aborde aussi les différences socioculturelles qui se manifestent au quotidien dans notre société. Raphaëlle est une jeune fille nantie à qui la culture a été servie sur un plateau et qui n’a jamais connu les difficultés financières. Pétrie de grands idéaux féministes et égalitaires, elle se trouve confrontée à la réalité et à la difficulté à mettre en place ces idéaux. Et c’est Antoine qui lui ouvre les yeux sur les réalités du monde. Issu d’une famille d’ouvriers, il rencontre des difficultés financières et n’a pas grandi dans un monde qui prônait la culture. Pour lui, tout est combat et construction personnelle.

Finalement, les chemins d’Antoine, l’enfant des cités, et de Raphaëlle, la petite bourgeoise, se séparent, trop différents pour pouvoir coexister.

J’ai beaucoup aimé Après la fête. Lola Nicolle met l’accent sur les émotions, le ressenti et les pensées qui traversent les protagonistes. Elle est arrivée à cerner la jeunesse d’aujourd’hui, ses espoirs et désillusions, avec beaucoup d’humanité.

Ce roman dégage une certaine fraîcheur. L’écriture est douce, poétique et légère comme une plume, une petite fleur fragile que l’on a envie de garder et de relire.

« Je pars sur la pointe des pieds, sans vouloir laisser de trace. La vie ressemble à une feuille de papier. Parfois, pour avoir moins mal, on voudrait effacer les plis. Les souvenirs comme des origamis. Puis, on voudrait retrouver une surface vierge, prête à prendre une nouvelle forme. On a beau tenter le d’aplanir, il reste toujours les marques des pliures anciennes. Heureusement. »

Remerciement aux Editions Les Escales et à Babelio pour cette lecture.

 


Après la fête – Lola Nicolle – Editions Les Escales – 2019

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :