La toile du monde – Antonin Varenne

1900, Exposition Universelle de Paris. Aileen Bowman, trente-cinq ans, journaliste, célibataire, est venue couvrir l’événement pour le New York Tribune. Elevée dans le décor sauvage des plaines du Nevada, Aileen est une femme affranchie de tout lien et de toute morale, mue par sa passion et ses idéaux humanistes. Au fil d’un récit qui nous immerge au cœur de la ville en chantier, du métropolitain naissant aux quartiers des bordels chers aux peintres, la personnalité singulière d’Aileen se confond avec la ville lumière. Un portrait en miroir qui dessine la toile du monde, de l’Europe à l’Amérique, du XIXe et au XXe siècle, du passé d’Aileen à un destin qu’elle n’imagine pas.

Avis

La toile du monde nous fait faire un bon dans le temps et nous propulse au sein de la ville de Paris, à l’occasion de l’exposition universelle de 1900.

La période est importante tant elle nous fait apparaître toutes les différences avec notre époque actuelle. Aileen est considérée comme une scandaleuse tant son comportement dénote par rapport à la norme de l’époque. Elle est encore célibataire et agit comme une femme libre; elle est une des rares femmes journalistes et porte des pantalons (alors que les femmes ne peuvent porter le pantalon qu’avec une dérogation des autorités!). Aileen cumule donc toutes les tares et est particulièrement mal vue de la bonne société. En plus, elle écrit des chroniques pour un journal féministe parisien, La Fronde!

Mais ce roman est aussi le récit d’une histoire personnelle puisque Aileen retourne sur le vieux continent, le berceau de ses origines familiales.

Etant donné que le personnage principal est une femme, j’imaginais un lecteur féminin et j’ai été déçue de constater que ça n’était pas le cas. En tout cas, personnellement, cela a rendu l’identification au personnage plus difficile.

Pour l’anecdote, j’ai pris l’habitude d’associer l’écoute d’un livre audio avec une autre activité qui demande peu de réflexion (peinture, coloriage, etc.), ce qui me permet de me concentrer davantage sur le récit. Le problème avec La toile du monde, c’est qu’à un moment donné, j’ai complètement décroché du roman.

Le rythme est plat, trop répétitif et l’histoire lente. Le tout manque singulièrement de peps et d’éclat, ce qui m’a poussé à l’abandon du roman. Difficile de savoir si c’est le lecteur ou le récit qui est en cause… Mais je trouve ça dommage parce que la thématique historique me plaisait bien.

 


La Toile du monde – Antonion Varenne – Audiolib – 2019

 

 

 

 

Publicités

2 commentaires sur “La toile du monde – Antonin Varenne

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :