Fief – David Lopez

Quelque part entre la banlieue et la campagne, Jonas et ses amis tuent le temps. Ils fument, jouent aux cartes, font pousser de l’herbe, et, quand ils sortent, c’est pour constater ce qui les éloigne des autres. Dans cet univers où tout semble voué à la répétition du même, leur fief, c’est le langage, qu’ils ne cessent de mettre en scène, que ce soit Lahuiss interprétant le Candide de Voltaire ou Poto offrant un morceau de rap de son cru.
Jonas, qui a grandi avec eux, a ses jardins secrets – une fille qu’il visite de temps en temps – et un avenir possible – la boxe professionnelle. Mais aussi élégant et rapide que soit son jab, il manque de niaque et d’ardeur.

Avis

Jonas est le narrateur de cette histoire, qui se présente un peu comme un monologue. Le jeune homme présente sa vie, sa famille, son quartier mais, surtout, ses amis.

L’histoire est plutôt lente, il ne se passe rien de trépidant dans la vie de ces jeunes, mais le rythme que l’on perçoit est lié à l’important travail de l’auteur sur les sonorités. Le langage utilisé est celui du dialogue oral, les jeunes utilisent le verlan, l’argot et s’interpellent parfois brutalement. Je pense que Fief est de ces romans qui doivent être lus à haute voix pour se révéler pleinement. Dans le cas de ce livre audio, c’est David Lopez lui-même qui s’est prêté au jeu de la lecture et il rend vraiment bien l’ambiance du roman.

On s’attache à ces jeunes désœuvrés, chômeurs pour la plupart, qui occupent leur temps entre fumette, parties de cartes, sorties et discussions. La narration étant au présent, on a l’impression qu’aucun futur n’est possible pour ces jeunes, qui ne se projettent pas dans l’avenir. Seul Jonas semble avoir un avenir possible en tant que boxeur professionnel.

Fief, c’est surtout l’histoire d’une amitié inébranlable qui remonte à l’enfance. Ils s‘insultent tout le temps mais s’aiment bien et s’entraident. Ils sont un peu philosophes aussi.

« Moi-même, je suis un genre de mauvaise herbe.

Pas de plan, pas de calendrier, juste être. »

Un premier roman qui sort de l’ordinaire, qui offre une vision réaliste et actuelle du quotidien de certains jeunes, avec ce qu’il faut d’humour pour ne pas sombrer dans la dépression. On imagine sans peine l’important travail sur la langue qui a été nécessaire pour que l’oralité du roman paraisse aussi naturelle à la lecture.

Un entretien avec David Lopez suit le roman, où l’auteur fournit un éclairage intéressant sur Fief et son écriture.

 


Fief – David Lopez – Audiolib – 2019

 

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :