Cyanure – Camilla Läckberg

Martin Molin accompagne sa petite amie Lisette sur l’île de Valö pour une réunion de famille juste avant Noël. Mais au cours du premier repas, le grand-père, un magnat industriel, meurt étouffé, juste après avoir annoncé à ses enfants qu’il les a déshérités. Martin se rend vite compte qu’il a été assassiné au cyanure. Une tempête de neige fait rage, l’île est isolée du monde et Martin décide de mener l’enquête.

Avis

Ambiance hivernale oblige, je me suis plongée dans ce polar de Noël avec délice. Et pour une première lecture de Camilla Läckberg, c’est une bonne surprise.

Cyanure réunit une famille autour du grand père, Ruben, à la tête d’un empire financier que lui envie tous les membres de la famille. Les rivalités éclatent assez rapidement, chacun étant avide de recevoir une partie de l’héritage du vieux. Dès le départ, l’ambiance est donc plutôt électrique. A cela, va s’ajouter une tempête de neige qui va bloquer tout ce petit monde sur l’île, les empêchant de fuir ou de communiquer vers l’extérieur.

Suite à la mort de Ruben, Martin Molin prend les choses en main et décide de mener l’enquête (interrogatoires de la famille, fouille de la chambre du défunt, etc.). Sauf que ce jeune policier n’est pas du tout à la hauteur de la tâche. Sans expérience, il n’a aucune autorité, ne sait pas par quel bout prendre le problème et néglige des indices importants. Ce personnage constitue vraiment le point faible de ce récit, il n’est pas sympathique, pas crédible et on a juste envie de le secouer. Surtout que rien ne va se passer comme prévu et que les choses vont encore dégénérer, au point que l’on craint que la chambre froide de la maison d’hôte soit trop étroite pour accueillir les morts.

Une lecture facile, qui fait penser aux célèbres huis clos d’Agatha Christie et de Sherlock Holmes (d’ailleurs présent dans le récit d’une certaine façon) mais qui manque de profondeur.

Malgré tout, on se prend au jeu et on formule des hypothèses, pour finalement découvrir que l’on est totalement à coté de la plaque. C’est aussi ça, le plaisir de lire un policier.

Bref, un bon petit roman (83 pages) pour les fringales littéraires.

Lire le premier chapitre de « Cyanure » de Camilla Läckberg.

 


Cyanure – Camilla Läckberg – Actes Sud – 2011

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :