Moby Dick – Herman Melville

Attiré par la mer et le large, Ismaël, décide de partir à la chasse à la baleine. Il embarque sur le Péquod avec son nouvel ami Queequeg, commandé par le capitaine Achab. Ismaël se rend vite compte que le bateau ne chasse pas uniquement pour alimenter le marché de la baleine. Achab recherche Moby Dick, un cachalot blanc particulièrement féroce et d’une taille impressionnante, qui lui a arraché une jambe par le passé. Achab emmène son équipage dans un voyage autour du monde à la poursuite du cachalot dont il a juré de se venger.

Avis

Moby Dick fait partie de ces grands classiques que j’avais envie de lire depuis longtemps. C’est maintenant chose faite et quel bonheur!

Véritable roman d’aventures, Moby Dick a initialement été publié en 1851 par Herman Melville, qui s’est inspiré de sa propre expérience de marin, notamment de baleinier. Mais ce n’est qu’en 1928 qu’il a été publié en France pour ensuite faire l’objet de nombreuses adaptations théâtrales et cinématographiques.

Personnellement, j’ai été complètement immergée dans cette chasse à la baleine. J’avais l’impression d’être aux côtés des marins, de sentir le vent et l’eau salée qui fouettent le visage, d’être sur le baleinier en pleine nuit à lutter contre ces cétacés gigantesques. Parce que Herman Melville est tellement expansif qu’il nous emporte dans cette folle aventure.

Un roman particulièrement pédagogique aussi. Plusieurs chapitres étant consacrés à décrire la technique de la chasse à la baleine, le matériel présent sur le baleinier et le rôle de chacun des membres de l’équipage. On  y découvre le difficile travail des marins et les différentes étapes du traitement des graisses de baleines.

Je me suis naturellement attachée au narrateur Ismaël mais aussi à son ami Queequeg, un cannibale tatoué, un peu rustre mais très efficace dans le rôle d’harponneur. Par contre, j’ai beaucoup moins apprécié le capitaine Achab, uniquement mû par une volonté de vengeance. Secrètement, j’avais même envie que Moby Dick gagne la bataille face au capitaine Achab, tant il est détestable.

Moby Dick a été analysé sous toutes les coutures depuis sa première publication et il a été démontré que ce roman comporte une symbolique forte et de nombreuses références à la Bible. Ismaël s’interrogeant sur les concepts de classe sociale, du Bien et du Mal et de l’existence de Dieu.

Enfin, il est important de préciser que j’ai découvert Moby Dick à travers un livre audio. C’est Jonathan Cohen qui est le lecteur fantastique de ce roman. Je trouve que sa voix, à la fois grave et chaleureuse, donne toute sa grandeur à ce texte, et nous immerge complètement dans l’histoire. En conteur hors pair, il varie les intonations et les rythmes, entretenant le suspense déjà présent dans le texte initial.

Une très belle expérience de lecture, que je vous conseille. Pourquoi pas pour Noël?

Remerciement aux Editions Thélème pour ce livre audio.

 


Moby Dick – Herman Melville – Editions Thélème – 2018

 

 

 

Un commentaire sur “Moby Dick – Herman Melville

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :