Les hordes invisibles – Louise Mey

Présentation

Francesca. Ilana. Clémentine. Des femmes comme elles, il y en a des milliers, qui prennent la parole sur les réseaux sociaux. Et de l’autre côté de l’écran, dans l’intimité d’une chambre ou la foule d’une rame de métro, des hommes guettent, harcèlent, menacent de viol ou de mort. Sous pseudonyme, en ligne et en liberté. Et avec le sentiment d’une totale impunité.

Avis

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le troisième roman de Louise Mey commence fort! Deux pages entières d’insultes à l’égard des femmes! De quoi mettre le lecteur dans l’ambiance…

Les hordes invisibles nous immerge au cœur de la Brigade des crimes et délits sexuels, auprès de l’officier Alexandra Dueso et de son collègue Marco.

Alors que la plupart des romans policiers traitent d’une ou deux affaires en parallèle, la Brigade des mœurs gère ici plusieurs enquêtes par jour. Si cela est probablement plus proche de la réalité, la multitude d’affaires traitée rend le roman un peu brouillon et fait passer l’enquête pour cyberharcèlement au second plan.

Au vu des horreurs auxquelles la brigade doit faire face, on prend vraiment conscience de la difficulté psychologique du métier de policier à notre époque.

Si ce roman est particulièrement intéressant, j’ai été dérangée par les longues tirades où l’on définit le viol, où l’on nous livre les statistiques françaises d’agressions sur les femmes ainsi que le détail des réactions post-traumatiques que les victimes peuvent subir. J’ai trouvé cela particulièrement long, sans parler du fait que ce type d’informations factuelles casse le rythme du roman.

Entre l’affaire Weinstein, le développement de mouvements comme les Incels, les #balancetonporc et autres #metoo, il est évident que Les hordes invisibles est particulièrement d’actualité. Mais, personnellement, je déplore le fait qu’il donne une image très négative des hommes, qui seraient tous des violeurs et frotteurs en puissance.

Pour autant, Les hordes invisibles n’est pas un roman féministe. Bien que sujet principal soit la violence à l’égard des femmes, l’auteure y aborde aussi les sévices qui touchent les homosexuels et prostitués. De mon côté, j’ai plutôt l’impression que Louise Mey a souhaiter nous ouvrir les yeux sur la violence qui nous entoure et l’influence d’Internet sur nos vies et nos modes de communication.

J’avais lu beaucoup d’avis positifs sur les romans de Louise Mey et je dois dire que j’ai beaucoup aimé Les hordes invisibles, ce qui me donne envie de découvrir ses deux précédents romans.

Remerciement à Fleuve Editions pour cette lecture édifiante.

 


Les hordes invisibles – Louise Mey – Fleuve Editions – 2018

 

Cream Coffee Vector Event Ticket

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :