Que ta volonté soit faite – Maxime Chattam

Présentation

Bienvenue à Carson Mills, petite bourgade du Midwest avec ses champs de coquelicots, ses forêts, ses maisons pimpantes, ses habitants qui se connaissent tous. Un véritable petit coin de paradis… S’il n’y avait Jon Petersen. Il est ce que l’humanité a fait de pire, même le diable en a peur. Pourtant, un jour, vous croiserez son chemin.
Et là… sans doute réveillera-t-il l’envie de tuer qui sommeille en vous.

Avis

Neuf ans que je n’avais plus lu Maxime Chattam! Il était donc temps que je m’y remette, d’autant que ces romans précédents m’avaient laissés un bon souvenir.

Avec Que ta volonté soit faite, âmes sensibles s’abstenir! L’avant-propos prévient d’ailleurs déjà le lecteur de la violence du roman qu’il s’apprête à lire. Et, effectivement, c’est du (très) lourd.

Le personnage principal de ce roman, Jon Petersen, fait froid dans le dos. Une naissance difficile, rejeté par les autres enfants, complètement asocial, Jon adopte très tôt un comportement cruel envers les animaux puis envers les êtres humains, et en particulier les femmes. Foncièrement mauvais, Jon déverse sa frustration et sa colère sur les autres, qu’il veut rabaisser, soumettre à sa volonté et vider de leur essence. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Maxime Chattam a réussi son pari de créer un personnage détestable,  qui provoque une réaction de rejet de la part du lecteur.

A cette personnalité hors norme, s’ajoute un contexte. L’histoire se déroule à Carson Mills, une petite ville complètement reculée qui s’est refermée sur elle-même, où tous les habitants se connaissent et cultivent des pensées rétrogrades. Bref, une ambiance générale plutôt glauque. Dans ce coin perdu, le shérif Jarvis Jefferson a pourtant beaucoup de travail, devant faire face à une série de viols dont il ne trouve pas l’auteur même s’il soupçonne fortement notre ami Jon.

Le lecteur, comme pris au piège, se retrouve témoin de tous les méfaits de Jon et de leur incidence sur la vie des habitants, qu’il s’agisse de violences quotidiennes sur sa femme ou d’atrocités sans nom.

Que ta volonté soit faite nous plonge donc dans une ambiance malsaine, suscitant une tension désagréable et un malaise constant.

Si on peut souligner le travail exceptionnel de l’auteur sur la personnalité de Jon et les émotions qu’il induit chez le lecteur, l’histoire n’est pas particulièrement passionnante et je ne classerai pas ce roman parmi mes préférés. Heureusement, Maxime Chattam fait parfois retomber la tension générée par ce roman par le biais d’interruptions où il parle de la lecture et de son impact à long terme sur le lecteur.

 


Que ta volonté soit faite – Maxime Chattam – Editions Albin Michel – 2015

Du même auteur:

 

Cream Coffee Vector Event Ticket

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :