Dieu surfe au pays basque – Harold Cobert

Présentation

Des souvenirs heureux aux épreuves du présent, Harold Cobert explore la vie conjugale du point de vue masculin. Mêlant dérision et tendresse, son échographie d’un père n’esquive rien, ni l’appréhension de la paternité ni la tragédie de la perte de l’enfant à naître.

Avis

Le narrateur de ce roman est âgé de 34 ans et s’apprête à devenir papa. Il évoque sans pudeur les émotions contradictoires qui l’assaillent à l’annonce de la grossesse de sa femme : un bonheur immense et une peur encore plus grande. Et avec ce premier enfant à naître, c’est tout un nouveau monde qu’il découvre.

Alors que la grossesse est souvent l’apanage des mères, j’ai trouvé que l’idée de donner la parole au papa était originale. Lui qui doit rapidement comprendre les différentes étapes à suivre et les complications possibles, soutenir sa femme tout en assurant les préparatifs de la naissance.

Et pour le narrateur, à tout ces bouleversements s’ajoutent de fortes inquiétudes au vu des antécédents de son épouse, sujette aux grossesses à risque. Mais, bien conscient du rôle qu’il doit jouer dans cette étape, il tente de cacher son inquiétude, de paraître fort et rassurant, maîtrisant la situation alors qu’il n’en mène pas large.

Et dès les premières pages, c’est le choc! Le comportement du personnel hospitalier est inadmissible et la mort du bébé révoltante.

Il semblerait que ce roman d’Harold Cobert soit d’inspiration autobiographique. En tout cas, personnellement, j’ai été particulièrement touchée par les propos de ce père qui évoque la perte de son enfant sans fard. Mais aussi son impuissance face aux souffrances de sa femme et ses coups de colère bien légitimes envers un Dieu qui permet autant de malheur, qui préfère surfer au pays basque et laisser des enfants mourir.

Je n’avais pas vraiment lu le résumé de ce roman avant d’en entamer la lecture. J’aime l’écriture d’Harld Cobert et cela m’avait suffi pour l’acquérir. Au vu du titre, je m’attendais à un roman joyeux et estival. Et s’il est un peu question de surf, de vacances et de soleil, ça n’est pas, vous l’aurez compris, le propos principal de Dieu surfe au pays basque.

Un court roman lu en une soirée mais d’une très grande sensibilité. Un très beau roman comme sait les écrire Harold Cobert.

 


Dieu surfe au pays basque – Harold Cobert – Editions Héloïse d’Ormesson – 2012

Du même auteur:

 

Cream Coffee Vector Event Ticket

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :