Un mariage anglais – Claire Fuller

Présentation

Ingrid a 20 ans et des projets plein la tête quand elle rencontre Gil Coleman, professeur de littérature à l’université. Faisant fi de son âge et de sa réputation de don Juan, elle l’épouse et s’installe dans sa maison en bord de mer.
Quinze ans et deux enfants plus tard, Ingrid doit faire face aux absences répétées de Gil, devenu écrivain à succès. Un soir, elle décide d’écrire ce qu’elle n’arrive plus à lui dire, puis cache sa lettre dans un livre. Ainsi commence une correspondance à sens unique où elle dévoile la vérité sur leur mariage, jusqu’à cette dernière lettre rédigée quelques heures à peine avant qu’elle ne disparaisse sans laisser de trace.

Avis

L’histoire commence avec Gil Coleman qui pense voir sa femme disparue depuis plus de onze ans. En fin de vie, ses filles, Nan et Flora, vont s’occuper de lui.

Ce rapprochement est l’occasion, pour Flora, de se remémorer ses souvenirs d’enfance et la douleur provoquée par la disparition de sa mère lorsqu’elle était enfant. En parallèle, le lecteur découvre les lettres écrites par Ingrid à son mari absent. Lettres qu’elle a caché dans les nombreux livres qui tapissent (littéralement!) les murs de la maison.

Les personnages sont intéressants. Personnellement, je me suis surtout attachée au personnage d’Ingrid. Jeune femme qui rêvait de liberté et de voyages, elle se retrouve mère et épouse, contrainte de nier ses aspirations personnelles. Ses lettres laissent transparaître son chagrin quotidien, les difficulté à nouer des liens avec ses deux petites filles, mais c’est aussi une femme blessée par les adultères répétés de Gil qui nous apparaît.

Gil, lui, voue sa vie aux livres et les collectionne en s’intéressant surtout à ce que les lecteurs laissent dans les livres (notes dans les marges, dessins, bouts de papiers, etc.).

« Tout ce qui compte dans le roman, c’est le lecteur. Sans le lecteur, le livre n’a aucun intérêt, par conséquent le lecteur est au moins aussi important que l’auteur, si ce n’est plus. Mais souvent, la seule façon de savoir ce qu’un lecteur a pensé, ce qu’il a traversé pendant la lecture, est d’observer ce qu’il a laissé derrière lui. »

Malgré le démarrage lent et un roman plutôt descriptif, j’ai apprécié l’écriture de Claire Fuller autour des mensonges et secrets de la famille Coleman.

Remerciement aux Editions Stock pour cette lecture.

 


Un mariage anglais – Claire Fuller – Editions Stock – 2018

Cream Coffee Vector Event Ticket

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :