Les loyautés – Delphine de Vigan

le livre,le roman,blog littéraire belge,littérature,carnet de lecture,avis lecture,commentaire roman,analyse roman,auteur,actualité littéraire,blog lecture,best seller,blog livre,conseil de lecture,critique littéraire,écrivain,delphine de vigan,les loyautés,jc lattèsLes destins croisés de quatre personnages : Théo, enfant de parents divorcés ; Mathis, son ami, qu’il entraîne sur des terrains dangereux ; Hélène, professeure de collège à l’enfance violentée, qui s’inquiète pour Théo ; Cécile, la mère de Mathis, qui voit son équilibre familial vaciller. Une exploration des loyautés qui les unissent ou les enchaînent les uns aux autres.

Les loyautés explore sans tabou les failles adultes qui se fabriquent dans l’enfance.

Théo est le personnage pivot de ce roman, qu’il porte sur ses maigres épaules, comme il porte le lourd fardeau familial. Entre une mère froide et distante et un père qui s’éteint à petit feu, les rôles s’inversent et le jeune garçon se sent investi d’une mission de protection. Et c’est là que le titre du roman de Delphine de Vigan prend tout son sens. 

Mais, à 13 ans, la charge est trop lourde pour Théo, qui se réfugie dans l’alcool pour oublier et se soustraire à sa propre vie.

Les loyautés est de ces romans qui provoquent un malaise. Il évoque les maux de l’enfance et de l’adolescence qui vont rejaillir sur l’adulte en devenir. Les points de vue fusent à tour de rôle, ceux de Théo lui-même mais aussi de son ami Mathis ou d’Hélène son professeur, et chaque chapitre apporte des informations supplémentaires. Au point que l’inquiétude des personnages pour Théo se propage jusqu’au lecteur.

La personnalité de l’adolescent est particulièrement bien rendue, dans toute sa complexité. Théo est double : à la fois très sensible aux émotions de ses parents et dur à l’école, face aux autres enfants de son âge. Il a compris qu’il était important de s’adapter en permanence au comportement que l’on attend de lui.

L’histoire prenante d’une souffrance qui ne laisse pas indifférente. Une chute comme un couperet, qui nous laisse pantois, dans l’attente. On aimerait tant connaître la suite et croire que Théo s’en sortira avec de l’aide.

Les loyautés m’évoque un autre roman que j’ai lu il y a peu, bien que dans un autre genre, La maladroite d’Alexandre Seurat. Là, une enseignante se préoccupe d’une jeune élève qu’elle sent en difficulté personnelle mais que l’institution scolaire n’écoute pas, faute de preuves concrètes.

Parce qu’il faut bien une première à tout, c’est grâce à ce livre que je découvre Delphine de Vigan, une belle expérience que je reproduirai dans aucun doute.

 

Remerciement aux Editions JC Lattès pour cette lecture.

Les loyautés – Delphine de Vigan – Editions JC Lattès – 2018

2 commentaires sur “Les loyautés – Delphine de Vigan

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :