La fille du roi des marais- Karen Dionne

le livre,le roman,blog littéraire belge,littérature,carnet de lecture,avis lecture,commentaire roman,analyse roman,auteur,actualité littéraire,blog lecture,best seller,blog livre,conseil de lecture,critique littéraire,écrivain,karen dionne,la fille du roi des marais,lattèsHelena a la vie dont elle rêvait: un mari aimant, deux petites filles, un travail qui occupe ses journées. Mais quand un détenu s’évade d’une prison de sa région, son passé revient en force. Car Helena a un secret : elle est l’enfant du viol. Sa mère, kidnappée adolescente, a été retenue prisonnière dans une cabane cachée au fond des marais du Michigan. Née deux ans plus tard, Helena aimait cette enfance de sauvageonne. Et même si son père était parfois brutal, elle l’aimait aussi… jusqu’à ce qu’elle découvre toute sa cruauté.

Helena a construit sa vie adulte sur une omission puisque ni son mari ni ses filles ne connaissent son passé et ses origines. Lorsque son père s’évade d’une prison de haute sécurité, elle se lance seule à sa poursuite, utilisant les techniques de pistage qu’il lui a enseignées.

Le récit d’Helena passe en permanence de la traque actuelle à sa vie dans les marais. Cette structuration du texte m’a particulièrement dérangé dans la mesure où cela faisait sans cesse retomber la tension liée à la recherche du père dans les bois et me coupait dans mon élan de lecture.

En effet, Helena revient dans le détail sur ses conditions de détention dans les marais: son apprentissage de la chasse à l’âge de 6 ans, sa première proie, les exercices de tir imposés, les punitions au fond d’un puits, les coups… Ces parties étaient un peu longues et j’ai fini par sauter ces paragraphes qui m’ennuyaient profondément.

Evidemment, pour la petite fille qu’elle était, cette vie totalement déconnectée du monde était tout à fait normale puisqu’elle n’avait connu que cette vie. Par contre, j’ai trouvé que l’adulte qu’elle est devenue est restée particulièrement indulgente envers ce père kidnappeur et brutal alors qu’elle manque complètement d’empathie pour sa mère traumatisée. Résultat: je n’ai pas vraiment pu m’attacher au personnage d’Helena.

Quelques passages de la traque sont intéressants et peuvent tenir en haleine un certain temps mais ils sont trop peu nombreux pour en faire un thriller.

 

Remerciement à Babelio et aux Editions JC Lattès pour cette lecture.

La fille du roi des marais – Karen Dionne – Editions JC Lattès – 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :