By the rivers of Babylon – Kei Miller

Présentation

Augustown, quartier pauvre de Kingston, Jamaïque. En cet après-midi d’avril 1982, assise sur sa véranda, Ma Taffy sent dans l’air une pesanteur très particulière. Kaia, son petit-fils, rentre de l’école. Ma Taffy n’y voit plus mais elle sait reconnaître entre toutes l’odeur entêtante de la calamité qui se prépare. Car aujourd’hui, à l’école, Monsieur Saint-Josephs a commis l’irréparable : il a coupé les dreadlocks de Kaia – sacrilège absolu chez les rastafaris.

Avis

En choisissant By the rivers of Babylon, j’avais envie de lire un roman différent de mes lectures habituelles, de sortir de ma zone de confort et d’être étonnée. La Jamaïque m’est apparue comme une destination intéressante, assez éloignée de mes standards.

Mais malheureusement, ma lecture fut fastidieuse. Je dois être une des rares personnes à ne pas avoir aimé ce roman.

L’histoire des dreads de Kaia se mêle à l’histoire, plus large, de la région, qui est particulièrement marquée par la religion et les événements mystiques qui s’y sont déroulés. Une bonne partie du roman tourne autour de Ma Taffy, vieille femme imperturbable, assise dans sa véranda quel que soit le temps et véritable mémoire du village. Elle nous raconte ces histoires qui constituent l’identité du village et qui se transmettent de générations en générations.

Ce qui est dommage, c’est que je n’ai pas été touchée par les personnages, leur vécu, leurs préoccupations et je n’ai absolument pas pu m’y identifier. La culture décrite par Kei Miller m’est totalement étrangère et j’ai éprouvé des difficultés à me plonger dans ces traditions et modes de vie. 

Au final, je n’ai pas accroché à ce roman que j’ai trouvé long et lent et j’ai vraiment l’impression d’être passée à coté de quelque chose. 

La question de l’identité est pourtant intéressante et la fin touchante mais cela ne sauve malheureusement pas l’ensemble. 

Remerciement aux Editions Zulma pour cette lecture.

Lire le premier chapitre de « By the rivers of Babylon » de Kei Miller

 


By the rivers of Babylon – Kei Miller – Editions Zulma – 2017

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :