Ainsi fleurit le mal – Julia Heaberlin

Présentation

À seize ans, Tessa est retrouvée agonisante sur un tas d’ossements humains et au côté d’un cadavre, dans une fosse jonchée de milliers de marguerites jaunes aux yeux noirs. Seule survivante des « Marguerite » – surnom que les journalistes ont donné aux victimes du tueur en série –, elle a contribué à envoyer un homme dans le couloir de la mort. Aujourd’hui, Tessa est une artiste et mère célibataire épanouie. Si elle entend parfois des voix, elle est toutefois parvenue à retrouver une vie à peu près normale. Alors, le jour où elle découvre un parterre de marguerites jaunes aux yeux noirs planté devant sa fenêtre, le doute l’assaille… Son « monstre » serait-il toujours en cavale ?

Avis

Grâce à une astucieuse alternance de chapitres portant sur le passé et le présent, l’auteure nous fait découvrir les événements de 1995 selon des points de vue différents. Les séances de la jeune Tessa avec un psychiatre qui la prépare au procès à venir nous éclairent sur son ressenti peu de temps après sa découverte. Tandis que l’adulte qu’elle est devenue prend conscience qu’elle a probablement envoyé un innocent dans le couloir de la mort. Les techniques modernes et des soutiens vont l’aider à revenir sur son passé pour, enfin, se libérer de « son » monstre.

Les personnalités sont bien rendues et réalistes, notamment celle de la jeune Tessa qui se protège derrière une attitude provocante et cynique. Le personnage énigmatique de Lydia, la meilleure amie d’enfance de Tessa, m’a particulièrement intrigué. Omniprésente dans les propos de la jeune fille mais totalement invisible, au comportement oscillant entre loyauté et haine, je me suis longtemps interrogée sur son implication dans les événements qui ont touchés Tessa.

Autant j’ai trouvé que le démarrage était plutôt lent et très centré sur les pensées de Tessa, avec peu de dialogues, autant le dernier tiers du roman m’a emporté. Dévoré en quelques heures de lecture, cette dernière partie m’a réconcilié avec Julia Heaberlin grâce ses chapitres courts et au suspense palpable. Une accélération qui s’accompagne de nombreuses révélations qui éclairent le passé, jusqu’au final, auquel je ne m’attendais pas.

Un roman qui s’aborde avec patience et dans lequel on entre sur la pointe des pieds mais qui promet de vous étonner.

Remerciement aux Presses de la Cité pour cette lecture.

 


Ainsi fleurit le mal – Julia Heaberlin – Presses de la Cité – 2016

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :