La rêveuse d’Ostende – Eric-Emmanuel Schmitt

Présentation

Pour guérir d’une rupture sentimentale, un homme se réfugie à Ostende. Sa logeuse, une vieille dame solitaire et mystérieuse, se confie peu à peu à lui et finit par lui avouer son grand secret : une étrange et incroyable passion amoureuse.

Avis

En formidable portraitiste, Eric-Emmanuel Schmitt décrit ses personnages tout en finesse, nous enjoignant à aller au-delà de notre première impression pour découvrir ce qui se cache sous la surface visible. C’est le cas pour la première nouvelle, dont est tiré le titre du recueil. La logeuse est une vieille dame solitaire et peu agréable de prime abord mais qui a connu une grande histoire d’amour, qu’elle dissimule pour ne pas trahir le secret de son amoureux royal. A travers cette histoire, l’auteur aborde la question des sentiments avec délicatesse, sans jamais tomber dans l’excès ou la mièvrerie. Cette première nouvelle m’a d’ailleurs fortement étonnée, tant Eric-Emmanuel Schmitt ne nous a pas habitués à un tel degré de sensualité dans ses écrits.

Le sentiment amoureux est le point commun de ces petites histoires, les personnages connaissant un très grand amour qui a transformé et embelli leur vie tout en leur rendant confiance en eux. J’ai été particulièrement émue par la seconde nouvelle intitulée Le crime parfait, qui témoigne d’un grand amour incompris et mal interprété.

Hormis dans la première nouvelle, il est finalement peu question d’Ostende dans ce recueil mais il reste un beau moment de lecture.

 


La rêveuse d’Ostende – Eric-Emmanuel Schmitt – Editions Albin Michel – 2007

Du même auteur :

Publicités

13 commentaires sur “La rêveuse d’Ostende – Eric-Emmanuel Schmitt

Ajouter un commentaire

  1. Il y a trois nouvelles géniales dans ce recueil je trouve dont La recette qui m’avait bien marquée (ou alors je me trompe !). Bises

    J'aime

  2. « La recette » ne faisait pas partie du recueil que j’ai lu. Dans celui-ci, il y avait 5 nouvelles : « La rêveuse d’Ostende », « Crime parfait », « La guérison », « Les mauvaises lectures » et « La femme au bouquet ». Celle dont tu parles fait peut-être partie d’un autre recueil…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :