Sukkwan Island – David Vann

Une île sauvage du Sud de l’Alaska, accessible uniquement par bateau ou par hydravion, tout en forêts humides et montagnes escarpées. C’est dans ce décor que Jim décide d’emmener son fils de treize ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une succession d’échecs personnels, il voit là l’occasion de prendre un nouveau départ et de renouer avec ce garçon qu’il connaît si mal. La rigueur de cette vie et les défaillances du père ne tardent pas à transformer ce séjour en cauchemar et la situation devient vite incontrôlable. Jusqu’au drame violent et imprévisible qui scellera leur destin.

Avis

D’aucuns reprochent à ce roman son style de narration. Et il faut bien avouer que les descriptions de paysages constituent la plus grande part de ce roman, laissant peu de place aux dialogues. Il faut réellement attendre la moitié du livre pour sortir de la monotonie du récit et ressentir le choc de l’évènement qui a lieu, laissant le lecteur totalement surpris.

Tout le talent d’écriture de David Vann se manifeste dans la construction de ses personnages. Le père au bout du rouleau suite à un énième divorce, habité par des obsessions incontrôlables et complètement désespéré. La vision de Roy sur la situation de son père, étonnamment éclairée malgré son jeune age, lui qui ne voulait pas se trouver là mais qui, par loyauté envers son père, décide de rester pour, peut-être, le sauver.

Le lecteur est pris en otage de ce huis clos et ne peut qu’assister, impuissant, à la relation étrange qui se met en place entre Roy et son père, inversant les rôles et rendant encore plus inquiétant le comportement du père. Et, malgré les grands espaces dans lesquels évoluent les personnages, c’est la sensation d’enfermement et de solitude qui domine le roman.

Sukkwan Island est fortement inspiré de la propre vie de David Vann. Ce roman puise d’ailleurs sa source dans la proposition que lui a faite de son père lorsqu’il était adolescent mais,contrairement à Roy, le jeune David d’alors refuse. Quinze jours plus tard, son père se suicidera, seul sur son île. Ce roman est donc pour l’auteur une façon de réinterpréter son histoire personnelle en imaginant ce qui a pu se passer sur l’île.


Sukkwan Island – David Vann – Editions Gallmeister – 2010

Publicités

6 commentaires sur “Sukkwan Island – David Vann

Ajouter un commentaire

  1. Cela reste le seul roman lu de lui. C’est un choix de ma part. Je n’ai pas été convaincue totalement, c’est comme cela.

    J'aime

  2. Je n’en suis pas étonnée, c’est le genre de livre qui ne laisse pas indifférent, qui fait réagir et dont on se souvient. Ensuite, que l’on aime le style d’écriture ou pas est un autre débat.

    J'aime

  3. De mon coté, au contraire, je suis curieuse de voir ce que David Vann a écrit d’autre. Cette histoire-ci étant fortement liée à un événement personnel, je demande comment il abordera un roman qui serait totalement fictionnel.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :