Ciel bleu trop bleu – Nicolas Ancion

Avis

J’ai une relation particulière avec les écrits de Nicolas Ancion.

J’avais beaucoup aimé Le pape a disparu, l’histoire humoristique d’un pape belge qui se retrouve dans des situations invraisemblables et à qui il arrive mille misères. Quelques années auparavant, j’avais lu Ecrivain cherche place concierge et j’avais été étonnée de me trouver face à un roman fantastique où les animaux se comportent comme des êtres humains.

Pas rancunière, je réitère l’expérience avec Ciel bleu trop bleu, attirée par la quatrième de couverture qui annonce une histoire d’amour. Nouvelle déception : il est question d’une famille étrange comprenant des enfants à plusieurs têtes ou avec un œil au milieu du front, qui se torturent, entre-dévorent et entre-tuent sans jamais vraiment mourir. Curieux…

La narration au futur est originale et quelque peu déstabilisante mais ce que j’aurai pu apprécier dans un autre contexte ne fait ici que s’ajouter au caractère brouillon de ce roman, dont je n’ai toujours pas saisi la finalité. Certes, l’histoire d’amour annoncée est présente mais tellement diluée qu’elle finit par se fondre dans l’ensemble et passer inaperçue.

Ces deux expériences malheureuses me laissent donc penser que Nicolas Ancion et moi ne sommes pas tout à fait sur la même longueur d’onde littéraire, ce qui est bien dommage parce que des titres comme Les ours n’ont pas de problèmes de parking ou Nous sommes tous des playmobiles m’intriguent et me donnent envie de savoir ce qui se cache sous la couverture. Lira, lira pas ? Telle est la question !

 


Ciel bleu trop bleu – Nicolas Ancion – Ancrage Editions – 1999

Du même auteur :

Publicités

6 commentaires sur “Ciel bleu trop bleu – Nicolas Ancion

Ajouter un commentaire

  1. Nicolas Ancion et moi c’est aussi le grand écart. J’ai essayé et abandonné L’homme qui valait 35 milliards, trop déjanté pour moi. S’il te plaît, n’oublie pas de venir déposer les liens vers tes billets soit chez Mina soit chez moi. Nous avons noté celui-ci parce que Mina l’a vu mais nous n’avons pas envie de faire la chasse aux liens pendant tout le mois, tant pis pour les liens « non déclarés », d’accord ?

    J'aime

  2. Dommage pour cette déception et bravo pour ta persévérance : je laisse rarement plus d’une chance supplémentaire à un auteur quand il m’a déçue ou déplu. J’ai rencontré un problème semblable avec une de mes lectures, un univers dont je ne comprenais pas l’intérêt dans l’intrigue, puis j’ai heureusement fini par y trouver du sens.
    ps : j’ai noté ton lien, pense à transmettre les suivants en commentaire chez Anne ou moi les prochaines fois. 😉

    J'aime

  3. Pas tentée du tout par ce titre mais bien par Le pape a disparu. J’avais repéré aussi à la bibliothèque Les ours n’ont pas de problèmes de parking. L’univers déjanté n’est vraiment pas pour moi.

    J'aime

  4. D’après ce que je lis, la plupart de ses romans sont dans ce style déjanté. Je doute donc de réitérer l’expérience…
    Par contre, « Le pape a disparu » est une vraie réussite pour qui veut de la légèreté et de l’humour, je le conseille!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :