Le carnet de lecture de… Christophe Martin

Les carnets de lecture de… propose à un auteur de nous parler de sa bibliothèque, des livres qui l’ont marqué et de son rapport à la lecture et à l’écriture.

Aujourd’hui, découvrez le carnet de lecture de Christophe Martin, qui a publié Le nez de Rocheteau, aux Editions Saint Martin.

Combien de livres compte votre bibliothèque ?

A vrai dire, je ne les ai jamais comptés. Approximativement, je dirais plusieurs centaines, peut-être un millier. Je précise que le nombre de mes livres diminue depuis quelques années car j’ai pris l’habitude d’en donner à une librairie lilloise spécialisée dans la vente de livres d’occasion, et qui pour ce faire a besoin de dons. Je donne régulièrement des livres dont je sais que je ne les consulterai plus et qu’ils ne me manqueront pas.

Si vous ne pouviez sauver qu’un livre, quel serait-il ?

Cette question est difficile. Il y a tant de livres qui ont compté pour moi, pas seulement parce qu’ils m’ont accompagné dans mes travaux d’écriture, mais aussi tout simplement dans la vie ! Je pourrais néanmoins citer le roman de l’écrivain suisse allemand Paul Nizon intitulé « Das Jahr der Liebe » paru en 1981 (disponible en français sous le titre « L’année de l’amour »).

Y a-t-il des livres qui vous ont particulièrement ému, qui ont déclenché des émotions (qui vous ont fait rire, pleurer, qui ont accompagné un tournant de votre vie) ?

« L’année de l’amour », justement. C’est un livre extraordinaire qui décrit une plongée dans la littérature, assimilée à l’expérience de la grande ville (Paris) et où l’on voit, à travers le roman en train de s’écrire, la renaissance d’un écrivain.

Selon vous, quels ingrédients font un « bon » roman ?

Je n’en sais rien car il faudrait d’abord définir ce qu’est un bon roman. Personnellement, j’ai besoin, entre les lignes, de sentir la vie même de la personne qui écrit, de recevoir une expérience de vie forte, ou du moins susceptible de me faire avancer.

Quel est votre genre littéraire préféré ?

Sans hésitation : l’autofiction, ce genre littéraire qui, de par l’enchevêtrement de la vie et de l’écriture qu’il implique, serre au plus près la problématique de l’existence, dont la dimension narrative me paraît de plus en plus évidente avec les années, même si l’on n’écrit pas.

Comment choisissez-vous les livres que vous lisez ?

Je me tiens régulièrement informé des parutions en lisant les pages littéraires de certains quotidiens. J’écoute aussi une émission littéraire chaque dimanche soir à la radio. Il m’arrive, plus rarement, d’entrer dans une librairie à l’aveugle, essentiellement par manque de temps.

Quel est votre livre de chevet actuel ?

Je relis « Effi Briest » de l’écrivain allemand Theodor Fontane. Ce livre passe pour être une sorte de « Madame Bovary » à l’allemande, mais il a été écrit une cinquantaine d’années après le chef d’oeuvre de Flaubert.

À l’heure où les liseuses et les bibliothèques se côtoient, que représente le livre numérique pour vous ?

Je n’ai pas vraiment d’idée sur la question car je connais assez mal cet objet. A priori, comme je pratique souvent une lecture active (avec des annotations, des relevés de citations, etc.), j’ai tendance à penser que le livre numérique n’est pas trop fait pour moi. Et puis, je suis attaché au contact physique avec le livre, au bruissement des pages que l’on tourne…

Qu’est-ce qui vous a amené à écrire et à laisser vous-même une trace dans la bibliothèque des autres ?

Je n’ai pas gardé de souvenir précis d’un réel commencement. Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé garder une trace de mes émotions, des choses qui me paraissaient essentielles. Il m’importait beaucoup de pouvoir leur donner une forme. Cela est d’abord passé par la poésie, dont j’aimais (et aime toujours) la capacité qu’a ce genre à dire l’intériorité (à l’inverse du genre théâtral par exemple, qui pour moi est entièrement tourné vers l’extérieur et ne me correspond pas du tout – je ne vais d’ailleurs que très rarement au théâtre). Depuis quelques années, j’ai un penchant pour les textes narratifs brefs.

Quelle place occupe l’écriture dans votre vie ?

Une place assez ténue si l’on considère que l’écriture commence au moment où l’on se met à écrire. Mais avant, il y a ce que Paul Nizon appelle joliment la « salle d’attente », cette phase d’incubation où l’on se laisse approcher par les choses et dont on sent qu’elles vont donner lieu à une transformation. En ce sens, le passage à l’écriture n’est que la dernière étape d’un travail d’attention qui a commencé bien plus tôt.

Vous avez publié Le nez de Rocheteau  aux Editions Saint Martin, pourquoi avoir choisi le format de la nouvelle ?

Essentiellement pour des raisons de temps. Ma vie professionnelle et familiale ne me permet pas de m’asseoir des heures durant à mon bureau et de fournir une grande quantité de travail. Mais cela ne me dérange pas du tout car, comme je vous l’ai dit plus haut, le travail d’écriture commence déjà dans la tête, où que je me trouve : dans le métro, sur une petite route, au café… Il y a tant de choses à voir ! Puis quand je sens que les choses vues commencent à entrer en résonance avec mon moi profond, alors je passe à l’écriture. J’ai lu un jour qu’Annie Ernaux, mais aussi l’écrivain américain Ray Carver, avaient tous deux fait la même réponse à cette question. Cela touche donc plus de monde que l’on croit.

Pouvez-vous nous en dire plus sur ce recueil d’histoires courtes, quel message souhaitez-vous faire passer aux lecteurs ?

Il s’agit de courts textes narratifs qui, souvent, partent d’une scène vécue ou observée, laquelle provoque une réminiscence plus lointaine. Ensuite cela vient se greffer au présent, dans une sorte d’interaction permanente entre la vie ‘extérieure’ et les pensées. D’ailleurs, n’est-ce pas un peu comme cela que nous vivons tous ? 

Un petit mot pour les lecteurs du blog ?

Je leur souhaite du plaisir à lire Le Nez de Rocheteau s’ils le lisent, et plus généralement je les encourage à garder le goût de la lecture, qui est une activité si enrichissante à l’ère de la communication et de la vitesse dans laquelle nous sommes entrés. Le moment de la lecture, c’est aussi un temps privilégié qui permet d’échapper à cette frénésie.

Publicités

Un commentaire sur “Le carnet de lecture de… Christophe Martin

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :